L’objectif défini de “chantier à faible nuisance” est de limiter, voir annuler si possible, les impacts sur l’environnement par une gestion globale des risques et pressions sur l’écosphère inhérents à l’utilisation de machines, de matériaux et de produits.

La prise en compte de toutes les parties prenantes (exécutants, prestataires, riverains etc) permet la définition d’exigences de réductions des nuisances sonores, d’une démarche qualité et santé au travail, de réductions des pollutions techniques et visuelles sur et aux abords du site.

Le responsable “chantier à faible nuisance” sera notre interlocuteur privilégié tout au long des travaux réalisés pour intégrer et appliquer les objectifs fixés.

Nous visons le respect des éléments organiques présents sur le site du chantier, ainsi que des usagers présents autour et sur le chantier.

Nous appliquerons le SOGED (schéma d’organisation et de gestion de déchets), en cas de nécessité nous apporterons notre expérience et notre analyse pour compléter le SOGED dans le lot qui nous est confié.

Nous veillons à garantir une démarche éco responsable afin de produire des travaux respectueux de l’environnement en utilisant notamment des matériaux issus de traitements recyclés.

 

Mise en place en œuvre d’une démarche éco responsable.

  • Sélection des matériaux labellisés pour la réalisation de nos menuiseries.
  • Utilisation de produit, outils, machines certifié et normés NF ou EU.
  • Limitation des nuisances sonores par un emploi stratégique des machines dans des  créneaux horaires convenables.
  • Réduction de nos déchets par une démarche de travail efficace et une anticipation des besoins en matières premières et matériaux divers.
  • Tri et recyclage des déchets générés et acheminement dans containers appropriés et/ou dans des centres de gestions des déchets agrées.
  • Gestion rigoureuse des matières et déchets à risques et/ou dangereux pour l’environnement.

Schéma d’organisation du Plan d’assurance Environnement

Son contenu reprend la logique de la norme ISO 14001 ou du système de management environnemental mis en œuvre par l’entreprise. Il peut s’appuyer sur l’étude d’impact du projet.
Le chargé environnemental a autorité, comme le responsable du chantier en matière d’application des consignes de sécurité et de gestion de l’environnement. Il diffuse les différentes pièces du PAE et sensibilise les hommes de terrain, il contrôle son application par les membres de l’entreprise et par chacun des autres intervenants (fournisseurs, sous-traitants), il a la responsabilité d’ordonner l’arrêt des travaux en cas de problème lié à l’environnement. Il est, enfin, l’interlocuteur privilégié du maître d’ouvrage et plus généralement de toutes les personnes physiques ou morales concernées par les conséquences environnementales liées à l’exécution du chantier.

Le déroulement du chantier peut se décomposer en quatre phases, que nous appliquerons à notre lot également : 

  1. UNE PHASE D’ANALYSE PRÉALABLE.
  2. UNE PHASE DE PRÉPARATION DE CHANTIER
  3. UNE PHASE DE RÉALISATION DU CHANTIER
  4. UNE PHASE DE MISE EN ÉTAT DU SITE

1. Respecter la réglementation

  • prendre connaissance et respecter la réglementation existante,      
  • être  titulaire  d’une  assurance  « Responsabilité  Civile »  pour  les  professionnels      intervenant sur le chantier ainsi que leurs cotraitants et sous‐traitants, les couvrant  pour tout dommage causé à l’occasion de la conduite des travaux ou des modalités leur exécution.     

2. Gérer les déchets

  • ne pas brûler de déchets sur site,     
  • ne pas enfouir ou utiliser en remblais les déchets banals et dangereux,      
  • débarrasser le site de tous les déchets qui auraient pu être emportés par le vent ou sur place,   qui auraient pu être oubliés    
  • tenir la voie publique en état de propreté,      
  • mettre en place des poubelles et bennes sur le site du chantier, adaptées aux besoins et à l’avancement du chantier,     
  • bâcher les bennes contenant des déchets fins ou pulvérulents.     

3. Limiter les pollutions

  • ne pas réaliser de  vidange de véhicules sur site, 
  • ne pas vider les résidus de produits dangereux dans les réseaux d’assainissement,      
  • installer un poste de lavage pour les camions avec débourbeur,      
  • ne pas prélever d’eau sur les poteaux ou bouches d’incendies,      
  • entretenir les matériels et véhicules, des véhicules en stationnement (y compris pendant les livraisons  Æ couper les moteurs si le déchargement ne requiert pas le fonctionnement du moteur).      

4. Respecter la biodiversité et limiter l’érosion

  • s’informer  sur  l’intérêt  écologique  du  site  de  manière  à  prendre  des  mesures  de      protection en conséquence,       
  • ne défricher que les surfaces nécessaires,      
  •  ne pas stocker de matériaux sur des sites d’intérêt patrimonial.

5. Limiter le bruit

  • limiter l’usage des avertisseurs sonores au seul risque immédiat,
  • poster les matériels très bruyants le plus à l’écart possible des habitations.
Scroll to Top